Bienvenue, vous n'êtes pas connecté.

Directwind > Général > Le bar > La réalite financière nous rattrape !

RSS  >  La réalite financière nous rattrape !
FiFi #13816 05/10/2017 - 10h16

Groupe : Modérateur
Messages : 6961
Enregistré le : 18/05/2004

En ligne

Les dépenses publiques ne sont pas uniquement le fruit des impôts a la personne. Étant très franco allemand je peux facilement faire la comparaison...
Pour l'armée, les coûts du bwb sont loin d'êtres négligeables également. Il est totalement faux de dire "l'Allemagne n'a pas d'armée".
Le budget allemand de la defense c'est dans les 35-37 milliards a la louche... et une dynamique soutenue.

Gabarit : 90 kg - 1.83 m
Spots : Oléron - Lésignac - St Pardoux - Vassivière - Plobsheim - Bienne - Luzern...
Matos : Quiver vent faible, Formula, gros slalom, les toiles qui vont avec.
Et surtout le foil parce que c'est efficace et que c'est drôlement bien :)
La hyène #13817 05/10/2017 - 22h13

Groupe : Killer
Messages : 22516
Enregistré le : 26/02/2004

Hors ligne

FiFi @ 05/10/2017 - 10h16 a dit:


Le budget allemand de la defense c'est dans les 35-37 milliards a la louche... et une dynamique soutenue.



Une tradition culturelle ne souffre pas d'exception historique.


Posted Image
Posted Image
La hyène #13818 05/10/2017 - 22h15

Groupe : Killer
Messages : 22516
Enregistré le : 26/02/2004

Hors ligne

En relisant ce post, je crains d'avoir été trop subtil dans la subtilité....

Faut que je refasse dans le lourd. Y'a que ça qui paye.


Comme cha :


Posted Image
Posted Image
BB_253 #13819 07/10/2017 - 07h17

Groupe : Killer
Messages : 1581
Enregistré le : 15/03/2006

Hors ligne

Endorphin @ 05/10/2017 - 08h53 a dit:

FiFi @ 04/10/2017 - 23h30 a dit:

Genre.
Les allemands sont assassinés par les impôts versus les français, avis unanime autour de moi...
Non, il faut intégrer une entité >= 3 nations pour que ça vaille le coup.
Là effectivement il y a du blé à se faire car le net se rapproche du brut dans la fiscalité. Demande voir au parlement européen / onu ou truc du genre.



Il faut regarder les prelevement dans leur totalite. Si on regarde la part des depenses publique dans la PIB d'un pays ca donne une image pas trop biaisee qui inclue tout.

France: 57% du PIB (voire, t'enleve 3% de deficit pour regarder ce qui est vraiment paye et tu restes a 54%)
Allemagne: 44% du PIB

https://data.oecd.org/gga/general-government-spending.htm

Je crois que c'est clair...



Ce qui est clair cher Endorphin, c'est qu'encore une fois, tune comprends pas les tableaux que tu montres... pourtant il suffit de savoir "lire"... ok, c'est en Anglais, mais tu es censé avoir vécu aux US...

Pourtant c'est clair: (Extrait de "ton" propre lien...)
"Definition of General government spending:

General government spending, as a share of GDP and per person, provides an indication of the size of the government across countries. General government spending generally consists of central, state and local governments, and social security funds. The large variation in this indicator highlights the variety of countries' approaches to delivering public goods and services and providing social protection, not necessarily differences in resources spent."

Bref... comme d'hab, comparaison des choux et des carottes à "tes fins", mais a côté de la plaque... DOnc, oui, FiFi avait raison sur ce coup là... au regard de tout ce que nous avons, nous, en terme d’hôpitaux, services à la personne, infrastructures, etc, etc.
BB_253 #13820 07/10/2017 - 07h24

Groupe : Killer
Messages : 1581
Enregistré le : 15/03/2006

Hors ligne

En parlant de dépenses "inutiles"...

https://pbs.twimg.com/media/DLRp9PwXkAAQqVp.jpg:large

vous reprendrez bien un petit coup de CICE?  :D (une suze amer en tout points  ;D )

(http://www.liberation.fr/france/2017/10/03/le-cice-n-a-pas-vraiment-aide-l-emploi_1600683)


Et si on parlait...

http://www.boursorama.com/actualites/ces-300-milliards-que-les-francais-cachent-dans-les-paradis-fiscaux-d2ab02293f87a2b69178e44b236729c9

"Selon une étude de plusieurs chercheurs, notamment de l'université de Berkeley, les français détiendraient 300 milliards d'euros dans les paradis fiscaux."

(C'est autre chose que les "faignants" qui veulent pas bosser et qui "foutent le bordel"...  :rolleyes:  :dry:

Bref...
Ce message a été édité par BB_253 le 07/10/2017 à 07h26.
Endorphin #13821 07/10/2017 - 10h42

Groupe : Killer
Messages : 3678
Enregistré le : 29/12/2002

Hors ligne Site Web

Si tu veux pon va un peu changer la zone soulignee.

BB_253 @ 07/10/2017 - 07h17 a dit:

pourtant c'est clair: (Extrait de "ton" propre lien...)
"Definition of General government spending:
General government spending, as a share of GDP and per person, provides an indication of the size of the government across countries. General government spending generally consists of central, state and local governments, and social security funds. The large variation in this indicator highlights the variety of countries' approaches to delivering public goods and services and providing social protection, not necessarily differences in resources spent"



Donc il y a des petits mammouths et des gros mammouths. La France a un gros mammouth. Le petit et le gros mamouth ne mangent pas pareil c'est une evidence. Il suffit pour s'en convaincre de regarder les 4 en bas du classement: Irelande, Coree, Suisse, Russie.. Pays connus pour leur taxation forte (LOL). Maintenant regardons les paradis fiscaux en haut du tableux: Danemark, Suede, France, Finlande. :D

FiFi @ 05/10/2017 - 10h16 a dit:

Les dépenses publiques ne sont pas uniquement le fruit des impôts a la personne. Étant très franco allemand je peux facilement faire la comparaison...


PS, je suis d'accord, mon commentaire etait pour la fiscalite dans son integralite, pas juste sur l'impot sur le revenu qui est une simple part du gateau evidemment.
Ce message a été édité par Endorphin le 07/10/2017 à 10h51.
Mes spots: Hood river (The marina et the hatchery), La Tranche sur mer (L'Embarq et le phare), SLC (Utah lake et Granstville).
BB_253 #13822 08/10/2017 - 07h17

Groupe : Killer
Messages : 1581
Enregistré le : 15/03/2006

Hors ligne

Endorphin @ 07/10/2017 - 10h42 a dit:

Si tu veux pon va un peu changer la zone soulignee.

BB_253 @ 07/10/2017 - 07h17 a dit:

pourtant c'est clair: (Extrait de "ton" propre lien...)
"Definition of General government spending:
General government spending, as a share of GDP and per person, provides an indication of the size of the government across countries. General government spending generally consists of central, state and local governments, and social security funds. The large variation in this indicator highlights the variety of countries' approaches to delivering public goods and services and providing social protection, not necessarily differences in resources spent"



Donc il y a des petits mammouths et des gros mammouths. La France a un gros mammouth. Le petit et le gros mamouth ne mangent pas pareil c'est une evidence. Il suffit pour s'en convaincre de regarder les 4 en bas du classement: Irelande, Coree, Suisse, Russie.. Pays connus pour leur taxation forte (LOL). Maintenant regardons les paradis fiscaux en haut du tableux: Danemark, Suede, France, Finlande. :D



Totalement HS comme d'habitude, ce n'est pas en "censurant" ce qui t’arrange dans la définition de "ton" propre lien, que tu va modifier la réalité.
Une définition se doit d'être complète jeune homme, sinon cela s'appelle "un biais de présentation", mais les gens pourront se faire leur propre opinion.
Donc:

"Definition of General government spending:

General government spending, as a share of GDP and per person, provides an indication of the size of the government across countries. General government spending generally consists of central, state and local governments, and social security funds. The large variation in this indicator highlights the variety of countries' approaches to delivering public goods and services and providing social protection, not necessarily differences in resources spent."

bref... "tu" tentes de faire croire l'inverse des faits, et ce, car ton raisonnement est fallacieux
stef38 #13823 13/10/2017 - 17h03

Groupe : Killer
Messages : 21797
Enregistré le : 12/11/2003

Hors ligne

Allez, je remets une pièce:

Faire construire sa maison coûte désormais 294 000 € en moyenne, soit une augmentation de 5,58 % par rapport à l’an dernier. Malgré un budget en hausse, la surface des habitations neuves diminue.



http://leparticulier.lefigaro.fr/jcms/p1_1700361/construction-hausse-des-prix-baisse-de-la-surface?utm_source=leparticulier&utm_medium=newsletter&utm_campaign=newsletter_la_recap_de_la_semaine_20171012&hashKey=djI7Mjk5NjA0X0RCTWVtYmVyOzE1MzY5MTMyMTg5NjI7R0VUOzszMztTNEtTQmNkcjVzV2RRLytmaW85S2dnPT0=&een=2a2c6411604a3cdac272048331af4cb2&seen=6&m_i=mIEm78jtTYrggAP1rANw6%2BwY9pfVorGoT2yK3Nza2x5DTjNkhNjKGf_ZuYvNbO8GrOx519OtGIj2NrkxV2BJgZPBFL_aieEEeI

De plus l'IRL augmente de 0.9% après 2/3 ans à quasi 0, donc les loyers vont légèrement monter...
Ce message a été édité par stef38 le 13/10/2017 à 17h12.
1m85 95kg - Spot: Monteynard/Leucate/Argelès - AV: rien pour le moment.
Posted Image
oursin #13824 13/10/2017 - 17h14

Groupe : Killer
Messages : 3074
Enregistré le : 16/06/2005

Hors ligne

C'était un Bitcoin ta pièce ?

Parce que je ne crois pas que le sujet ait été abordé ici.
Et j'aimerais bien avoir l'avis des gens du bar sur cette "monnaie".
Mes maîtres à penser :
"bref la débâcle arrive et vous en êtes encore à organiser les décorations dans la salle de spectacle du titanic ... "  thejoker @ 27/02/2009 - 20h26
"il est clair qu'il faut augmenter les salaires pour résoudre le chômage" thejoker @ 10/04/2014 - 12h00
"D'ailleurs notre système est tellement mal foutu qu'on paye même les heures sup aux cadres" Martin_A @ 19/12/2012 - 11h37
FiFi #13825 13/10/2017 - 17h49

Groupe : Modérateur
Messages : 6961
Enregistré le : 18/05/2004

En ligne

Il y a un sujet mine et crypto monnaie quelque part, de Hommer ;)

Gabarit : 90 kg - 1.83 m
Spots : Oléron - Lésignac - St Pardoux - Vassivière - Plobsheim - Bienne - Luzern...
Matos : Quiver vent faible, Formula, gros slalom, les toiles qui vont avec.
Et surtout le foil parce que c'est efficace et que c'est drôlement bien :)
CHRISTOPHE ROUSSE #13826 13/10/2017 - 17h58

Groupe : Killer
Messages : 10341
Enregistré le : 01/10/2003

Hors ligne Site Web

Sur la plage .
vous avez vu ?



















ben mon cul .....
thejoker #13827 13/10/2017 - 20h16

Groupe : Killer
Messages : 16910
Enregistré le : 26/10/2003

Hors ligne Site Web



Jacques Cheminade avait mis en garde, dès la campagne présidentielle de 1995, contre la menace d’une dérive du système financier transatlantique – si l’on s’obstinait à ne pas le réorganiser de fond en comble – vers un fascisme financier. Car il n’est pas possible, dans un cadre démocratique, d’assurer la survie d’un système dans lequel l’emprise sans précédent de la sphère financière fait valoir, derrière le masque de l’orthodoxie budgétaire, un pillage des ressources, une cupidité aveugle, une loi de la jungle et un malthusianisme génocidaire.


Dans sa note de mai 2013, la banque JP Morgan désignait comme obstacles à éliminer les constitutions adoptées à la chute des régimes fascistes dans certains pays européens, car elles représentent autant d’entraves au bon fonctionnement des marchés. Plus tôt, en France, c’est Denis Kessler qui avait exprimé cette intention, lorsqu’il déclarait en 2007 au magazine Challenge : « Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! »

Les événements en cours en France représentent sans conteste une accélération de ce processus, et il est essentiel que les Français en soient pleinement conscients, afin de pouvoir déjouer cette contre-révolution, et surtout de se battre pour un véritable changement de système.
La révolution Macron vue depuis la City de Londres

L’article paru dans The Economist le 30 septembre est très instructif, car il nous livre le regard des intérêts de l’oligarchie financière de la City, dont le magazine britannique est le porte-voix. Intitulé « Le nouveau départ de la France », l’article rappelle que les événements électoraux de 2017 en France sont intervenus dans un contexte de forte morosité, dominé par la montée des populismes, et par un pessimisme et un « déclinisme » dont les succès libraires du Suicide français de Zeymour ou de L’identité malheureuse de Finkelkraut sont emblématiques. Bref, les apôtres des valeurs pro-européennes et libérales ne parvenaient plus à convaincre, ne trouvaient plus les mots pour faire la pédagogie, et c’est le terrible immobilisme qui l’emportait, lui qui s’était manifesté en 2005 par le « non » au référendum sur la Constitution européenne, et qu’on avait réussi à faire taire – oh pardon, à raisonner.

Puis Macron est arrivé, comme dans un conte de fée. Lui a compris, comme l’écrit The Economist, que « la France est bloquée non pas à cause d’un soi-disant penchant pour la protestation ou l’opposition contre tout changement, mais parce que sur tous les sujets fondamentaux – inégalités, mondialisation environnement, Europe – les partis sont divisés en interne (…) A l’heure où les premiers désenchantements se font ressentir, il est utile de se remémorer les événements extraordinaires des élections présidentielles et législatives de ce début d’année. Aucune guillotine n’est tombée, aucune charrette macabre n’a défilé dans les rues. Pourtant Macron a balayé toute la vieille garde, réécrit les règles politiques et démarré une révolution silencieuse ».

De plus, il y a toutes les raisons d’être optimiste, note le magazine, car « avec l’actuelle embellie économique dans la zone euro, les conditions pour remettre la France sur les rails sont plus que jamais favorables. La confiance des consommateurs a atteint cet été les plus hauts niveaux depuis dix ans. Le chômage a commencé à baisser ».

Avec l’élection de Macron à la présidence de la République, la France a su se prémunir de ses vieux démons et se trouver – après Tony Blair, Barack Obama et Matteo Renzi – un jeune leader charismatique capable de trouver les mots pour expliquer tout le bien que la finance souhaite pour le peuple, loin de cette image d’ennemi que des personnages infréquentables ont voulu lui attribuer.

Mais l’histoire réelle de l’ascension et de l’avènement de Macron est un peu moins féerique que The Economist voudrait le faire croire.
Les Gracques et l’ascension de Macron

Dans l’histoire des dix dernières années de la politique française, les Gracques sont comme la lettre volée d’Edgar A. Poe : ils sont parfaitement visibles pour qui ouvre un peu les yeux et pourtant, personne ne les voit. C’est Aquilino Morelle, la plume de François Hollande pour son discours du Bourget (« mon ennemi, le monde de la finance... »), qui est le premier à avoir publiquement désigné ce club, au moment de sa démission forcée de son poste de conseiller politique au cabinet du président Hollande, en avril 2014. « Les Français ont voté pour le discours du Bourget, pas pour le programme des Gracques », avait-il alors protesté (cf. l’article de Vanity Fair publié en juin 2015).

Les Gracques sont en effet au cœur du tournant libéral du mandat de François Hollande en 2014, marqué par la nomination de Manuel Valls (« monsieur 5 % » aux primaires socialistes de 2011) à Matignon, et par le départ d’Arnaud Montebourg du ministère de l’Économie et des Finances, remplacé par Emmanuel Macron. L’influence de Jean-Pierre Jouyet, membre éminent des Gracques et ancien camarade de Hollande au sein de la fameuse promotion Voltaire à l’ENA, devenu à ce moment-là secrétaire général de l’Élysée, a été déterminante dans la promotion de Macron.

L’association Les Gracques s’est formée en 2007 pour appeler à une alliance Ségolène-Bayrou ; elle est devenue depuis un puissant réseau d’influence agissant dans les coulisses du pouvoir dans le but d’en finir avec « les conservatismes de la gauche » et de convertir cette dernière au libéralisme, afin que l’erreur de parcours du « non » au référendum de 2005 ne se reproduise plus. Elle réunit des hommes d’affaires, des hauts-fonctionnaires socialistes, ayant évolué dans les cabinets ministériels sous Mitterrand, Rocard et Jospin, ainsi que des intellectuels. On y retrouve ainsi Bernard Spitz, pantoufleur professionnel du monde des assurances, François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, le banquier et homme d’affaires Mathieu Pigasse, le patron de presse Denis Olivennes, l’écrivain et académicien Erik Orsenna, etc.

Jean-Pierre Jouyet, époux de Brigitte Taittinger, en est l’un des personnages-clé depuis le tout début. Jouyet est également engagé dans l’Aspen Institute, l’un des plus influents think tank néo-conservateurs aux États-Unis, dont il a présidé jusqu’en 2013 la section française. Quand Emmanuel Macron rejoint à sa sortie de l’ENA en 2004 l’Inspection des finances, Jouyet qui en est l’un des chefs le prend sous son aile protectrice.

L’accord inique passé en 2014 – dans lequel on sait que Macron a joué un rôle décisif – offrant sur un plateau Alstom énergie à General Electric reflète parfaitement l’idéologie véhiculée par ces réseaux d’influence : en finir une bonne fois pour toutes avec l’existence d’un État stratège intervenant dans l’économie, et livrer l’économie française aux prédateurs dominants au sein de la jungle des marchés. Le programme des Gracques prône par exemple la fin du tout-TGV et du tout-TER (c’est d’ailleurs chez eux que Macron a puisé son idée des autocars), la réduction des dépenses dans l’enseignement secondaire, dans les collectivités et dans les investissements, etc., ainsi que la disparition du statut de la fonction publique. Il s’agit bien du détricotage « méthodique » du programme du CNR cher à Denis Kessler.

L’ironie de l’histoire est que le nom des Gracques fait référence à Tibère et Caïus Gracchus, tous deux Tribuns de la Plèbe de la République romaine, au cours du IIe siècle avant J.C., et dont les tentatives de réformer le système social romain se soldèrent par un échec.
:D  :D  :D

Pour conclure, il faut dire que si le « non » de 2005 était bien entendu l’expression du rejet par la population de l’ultra-libéralisme destructeur de la mondialisation financière, c’est avant tout l’absence d’une véritable alternative politique, nous libérant de cette occupation financière, qui a facilité la trahison de ce vote par la suite. Cette alternative a constamment été écartée du grand public, comme c’est arrivé avec le débat sur la séparation des banques de dépôts et des banques d’affaires, mis sous le boisseau après l’élection de François Hollande qui en avait parlé dans son discours du Bourget.

Mais l’imminence du tsunami financier aujourd’hui crée les conditions dans lesquelles nous pouvons plus que jamais rouvrir ce débat et mettre les solutions sur la table !


Ce message a été édité par thejoker le 13/10/2017 à 20h19.
La hyène #13828 13/10/2017 - 21h18

Groupe : Killer
Messages : 22516
Enregistré le : 26/02/2004

Hors ligne

oursin @ 13/10/2017 - 17h14 a dit:

C'était un Bitcoin ta pièce ?

Parce que je ne crois pas que le sujet ait été abordé ici.
Et j'aimerais bien avoir l'avis des gens du bar sur cette "monnaie".




Visiblement le Bitcoin permet d'acheter de plus en plus de Bitbières.


En cela le Bitcoin est un bienfait pour l'humanité !

Posted Image
Posted Image
oursin #13829 16/10/2017 - 13h51

Groupe : Killer
Messages : 3074
Enregistré le : 16/06/2005

Hors ligne

Ouais mais faut faire gaffe quand même.

Car si cette pseudo monnaie ne permet d'acheter que de la bière sans alcool (ce qu'est la drive de Bitburger), alors on entre vraiment dans un monde parallèle complètement décorrélé de ma réalité.
Mes maîtres à penser :
"bref la débâcle arrive et vous en êtes encore à organiser les décorations dans la salle de spectacle du titanic ... "  thejoker @ 27/02/2009 - 20h26
"il est clair qu'il faut augmenter les salaires pour résoudre le chômage" thejoker @ 10/04/2014 - 12h00
"D'ailleurs notre système est tellement mal foutu qu'on paye même les heures sup aux cadres" Martin_A @ 19/12/2012 - 11h37
La hyène #13830 17/10/2017 - 18h32

Groupe : Killer
Messages : 22516
Enregistré le : 26/02/2004

Hors ligne

alors du Bitfsteack ?

Posted Image
Posted Image

 >  Réponse rapide

Composez votre message

Directwind > Général > Le bar > La réalite financière nous rattrape !

 >  Informations du forum

1 personne(s) présente(s) durant une période de 15 minutes (0 membre(s) et 1 invité(s)).