Bienvenue, vous n'êtes pas connecté.

Directwind > Général > Le bar > Cellule philosophique

RSS  >  Cellule philosophique, Et sociopathies
BB_253 #61 01/12/2016 - 22h34

Groupe : Killer
Messages : 1622
Enregistré le : 15/03/2006

Hors ligne

thejoker @ 01/12/2016 - 19h49 a dit:

CHRISTOPHE ROUSSE @ 01/12/2016 - 19h37 a dit:

Je vous rappel le chiffre donné par beaucoup de monde , un emploi créer dans les nouvelles technologie en détruit 3 dans l'économie classique .



les nouvelles normes impliquent du contrôle et des procédures qui n'existaient pas avant  .. informatisés ou pas cela crée de l'emploi


l'emploi est dans l'industrie : 1 emploi créé dans l'industrie -> 3 dans les services!


le Joke, le jour où tu verras autant d'emplois créés qu'il n'est de destruction, tu me fais signe?... je t'assure que je ferais tout pour que l'on publie un truc dessus  ;)  :rolleyes:
BB_253 #62 01/12/2016 - 22h38

Groupe : Killer
Messages : 1622
Enregistré le : 15/03/2006

Hors ligne

Tortue @ 01/12/2016 - 21h02 a dit:

thejoker @ 01/12/2016 - 18h56 a dit:

Tortue @ 01/12/2016 - 14h15 a dit:

évidemment, mais il faut aussi compter que les automates vont aussi en seconder d'autres, les construire et les réparer. Le puçage systématique par la technologie RFID révolutionne véritablement les capacités de très nombreux automates, qui peuvent maintenant reconnaitre "en avance" les objets qu'ils doivent manipuler...



quand je vois le nombre de personnes impliquées chez Latecoere pour déployer des outils informatisés; il est sur que à un moment T c'est la foule....(je sais je coordonne les intervenants après les user case et avant les tests et mise en prod..)

je ne suis pas sur du tout qu'au final sur une période d'exploitation à moyen terme le nombre d'acteurs dimiiue tant que cela mais que surtout la masse salariale diminue!!



A voir, les études décrivent une tendance, et 50% de sont pas tous les postes. Spontanément je citerais comme secteurs le plus concernés la distribution, la logistique, le transport, le contrôle, la sécurité, la médecine, l'éducation... merci de compléter cette liste :)


+1 c'est illusoire de croire que tous les postes supprimés (industrie et surtout service, car Le Joke: définit le secteur des services stp... crois-tu que ce ne soit que "l'informatique?... :blink: ), bref, tous les chauffeurs Uber qui seront remplacés par des voitures autonomes, les caissières par des caisses électroniques, etc, etc. ne retrouveront pas d'emploi dans l'entretien ou la création de robots/automates/etc... c'est illusoire le Joke... Tu penses qu'il y a un technicien pour chaque caisse supprimée?... ou un garagiste ou je ne sais quoi pour chaque chauffeur qui le sera, etc, etc... bref  :dry: )
Le_Touriste #63 02/12/2016 - 09h40

Groupe : Killer
Messages : 1869
Enregistré le : 06/09/2005

Hors ligne Mail

A propos des jobs supprimés et remplacés par d'autres dans les nouvelles technologies.

Il faut bien comprendre que souvent, les emplois supprimés sont remplacé par des machines ou des softs qui existaient depuis longtemps. Ces "robots" au sens large ont été conçus et fabriqués dans des entreprise qui existaient depuis longtemps où qui sont issues de rachat et elles-mêmes de transformations d'entreprises.

En gros c'est le microprocesseur qui nous remplace, et c'est pas récent.
L'augmentation de la puissance de traitement, de la mémoire de stockage etc. tout ça permet de faire tourner des algorithmes dont certains ont été imaginés dans les années soixante. Simplement à l'époque aucune machine n'était assez puissante pour pouvoir les utiliser. C'est le cas du Deep Learning.

Quand tu supprimes des caissières, du achètes une machine pour la remplacer. Mais l'entreprise qui fait cette machine existait depuis longtemps soit directement sous la même forme, soit sous la forme d'ingés de tech etc. déjà formés. Certes de nouveaux emplois apparaissent (community managers par ex.), il y a bien une création de nouveaux jobs, mais la tendance globale c'est de créer peu d'emplois tout simplement parce que c'est moins couteux.

On commence à remplacer les jobs "intellectuels" : recherche de jurisprudence, traduction, automatisation des calculs numériques, rédaction d'articles etc.

Je vois ça comme une pyramide de gens avec les plus qualifiés au sommet. On commence par supprimer la base, les personnes sans aucune formation, et on supprime la strate suivante etc.

Je pense qu'on sous estime le potentiel des machines lié à la puissance brute. Rien qu'avec de la puissance brute, sans "intelligence", on peut déjà faire beaucoup.

Je vois plus des limites au niveau de l'énergie, le silicium étant très mauvais par rapport au biologique. Aura-t-on assez d'énergie, essentiellement sous forme électrique, pour faire tourner tout ça ? (sans détruire la planète).


1.68 m 63 kg - AHD 945 - Fanatic Falcon 125 - Angulo Magnum 110 - Fanatic Hawk 93 - 10.8/8.0/6.5/5.3/4.5 - Seba FR1
Viking #64 02/12/2016 - 12h54

Groupe : Killer
Messages : 10002
Enregistré le : 23/06/2003

Hors ligne

D'ailleurs, je vous invite à lire ce texte toujours d'actualité:

Organisation de l’Unité Africaine
Troisième Assemblée Ordinaire,
An de grâce 1959


UNE PÉRIODE TRANSITOIRE
(Texte du discours fait par sa Majesté Impériale, l'Empereur Hailé Sellassié Ier à la troisième Conférence au Sommet d'Addis-Abeba, 5 novembre 1966).


Monsieur le Président,
Messieurs les Chefs d'Etat et de gouvernement,
Au nom du gouvernement et du peuple d'Ethiopie et en Notre nom, Nous vous souhaitons une chaleureuse
bienvenue à l'occasion de cette solennelle assemblée qui se réunit dans Notre capitale.
On se souvient qu'il y a trois ans nous nous sommes réunis dans cette même salle pour rechercher le moyen de
résoudre les problèmes qui se posent à notre continent. A cette réunion qui fut une étape importante dans les annales de
l'histoire de l'Afrique, nous avons réussi à mettre de côté nos différences et à adopter à l'unanimité ce document
historique qu'est la Charte de l'Organisation de l'Unité Africaine.
En dépit des obstacles, nous avons réussi à fonder cette Organisation de l'Unité Africaine. Nous y sommes
parvenus parce que l'unité que nous recherchons procède de la conviction profonde des peuples d'Afrique dans leur
développement rapide tant politique qu'économique et social. En posant les fondations de notre unité nous avons
accompli un acte qui était dû primordialement au désir de tous les Africains de s'unir dans une lutte commune contre le
colonialisme, la pauvreté, la maladie et l'ignorance qui sont les ennemis de l'Afrique.
Afin que la tâche que nous nous sommes assignée puisse être réalisée dans sa pleine signification de façon que la Charte
ne reste pas une simple étape historique, nous devons, de concert, continuer à travailler avec la même vigueur, la même
abnégation, comme nous l'avons fait dans le passé.
A cette fin, et en accord avec la Charte, nous devons continuer à nous réunir une fois par an pour passez en
revue les événements de l'année et déterminer des lignes d'action pour l'année suivante. Nous devons informer nos
peuples du progrès de nos réalisations et du programme de travail pour l’avenir.
La Charte de l'Organisation de l'Unité Africaine est devenue le code de toutes les aspirations des peuples
africains. Les objectifs importants de la Charte comprennent la promotion de l'unité et de la solidarité entre les Etatsmembres,
la coordination de leurs efforts pour élever le niveau de vie de leurs populations, 1a préservation et la défense
de leur souveraineté, de leur intégrité territoriale et de leur indépendance, l'extirpation de toutes les formes de
colonialisme, la promotion de la coopération internationale.
Depuis la fondation de l'Organisation de l'Unité Africaine en mai 1963, l'Assemblée des Chefs
d'Etat et de gouvernement s'est réunie deux fois tandis que le Conseil des Ministres se réunissait
plusieurs fois, en sessions ordinaires et extraordinaires, afin d'examiner les problèmes politiques,
économiques, sociaux et culturels de l'Afrique.
Les importants développements intervenus en Afrique et les réalisations enregistrées en
différents domaines nous ont apporté de notables encouragements. L'Afrique a parcouru un long chemin
sur la voie de la liberté et du progrès et a joué un rôle actif dans la communauté des nations.
La Conférence que Nous ouvrons aujourd'hui montre également notre dévouement à la cause de notre
continent et de ses peuples. Dans cet esprit, nous continuerons d'accomplir notre devoir envers ce
continent et ses deux cent cinquante millions d'habitants dont nous sommes responsables et, dans le
même temps, nous ne faillirons pas à poursuivre 1e rôle actif que nous jouons dans les affaires
mondiales.
Plus que jamais, l'Afrique - comme d'ailleurs le reste du monde - est entrée dans une période
transitoire marquant le passage de l'Afrique qui a été à l'Afrique qui doit être. Nous avons commencé de
frayer la voie vers l'avenir et le devoir qui nous incombe consiste à bâtir un avenir meilleur et plus sûr
pour l'Afrique. C'est une tâche ardue. Emergeant d'une sombre période, l'Afrique est en train de devenir
un continent totalement libre. Depuis la naissance de notre Organisation, l'unité et la solidarité de
l'Afrique s'accroissent fermement. La voix de deux cent cinquante millions d'Africains qui, maintenant,
se fait entendre dans les réunions internationales gagne en puissance de jour en jour. Néanmoins si nous
voulons renforcer notre unité, nous devons surmonter les facteurs qui tendent à balkaniser et à affaiblir notre
continent.
Au moment de la fondation de notre Organisation, certains milieux étrangers ne craignaient pas de déclarer
que l'unité africaine n'était qu'un rêve qui ne pourrait se réaliser. On disait que l'Afrique était tiraillée entre différentes
directions, divisée par des querelles et l'on prédisait qu'en fait d'unité il n'y aurait que chaos et dissensions.
Mais, par notre dévouement à la cause africaine et par notre détermination, nous avons su montrer le
contraire. L'Organisation de l'Unité Africaine a consacré tous ses efforts à combattre avec courage et conviction
les forces qui minent l'unité africaine et en a triomphé.
C'est avec une foi inébranlable que nous devons suivre la route de l'unité africaine. L'Ethiopie, pour sa
p a r t , n'épargnera aucun effort pour maintenir et renforcer notre solidarité. L'Afrique doit parler d'une seule
voix sonnant haut e t clair, et dans l'harmonie.
Notre Organisation nous fournit les moyens de trouver des solutions pacifiques aux différends qui surgissent entre les
Etats-membres. Cela nous permet d'envisager et de mettre en oeuvre des mesures qui sont essentielles pour la défense de
notre continent et cela nous aide aussi à adopter des programmes communs de coopération dans les domaines de la
politique, de l'économie, de la vie sociale et culturelle, qui sont vitaux pour l'Afrique.
Dans les faits, la création de la Banque Africaine de Développement nous a donné une bonne base de départ pour
promouvoir la coopération économique. Des lors, il est de notre intérêt de renforcer cette institution et de resserrer les
liens économiques existant entre les Etats-membres.
Dans le domaine culturel, l'Afrique doit faire face à de nombreux problèmes qui sont dus principalement au bas niveau
de l'éducation et au manque de contacts entre ses peuples. Cela étant de grands efforts devront être accomplis dans le
domaine éducatif – clé du développement et de l'unité – afin de fournir à l'Afrique les techniciens qualifiés qui lui sont
nécessaires.
En se souvenant de la rapidité avec laquelle l'Organisation de l'Unité Africaine s'est développée, soucieux d'en
assurer le progrès, l'Ethiopie, de concert avec les autres Etats-membres, contribuera à la part qui lui incombe en veillant
à ce que les ressources aussi bien humaines que matérielles fournies à l'Organisation soient utilisées sagement et
effectivement.
Les ressources mises à la disposition de l'Organisation doivent être évaluées par rapport aux besoins relatifs et
à l'utilité mutuelle aux Etats-membres. Un soin particulier doit être apporté à éviter les projets coûteux pour lesquels les
Etats-membres ne disposent ni des ressources financières nécessaires, ni de techniciens adéquats. La prudence est
indispensable si nous ne voulons pas aller à l'échec, ce qui provoquerait le désintérêt et ébranlerait la confiance des
Etats-membres. Dans cet esprit, le comité spécial auquel a été confiée la tâche d'étudier les problèmes proposés à
l'Organisation a soumis ses recommandations et celles-ci doivent être soigneusement examinées par tous les Etatsmembres.
Aujourd'hui, les problèmes principaux qui doivent nous intéresser le plus et attirer notre attention, sont: la
défense de la liberté de l'Afrique, la libération de nos frères qui sont encore sous le joug colonial, la promotion du
progrès économique et social, l'exploitation effective et efficace de nos ressources naturelles, l'élargissement de nos
systèmes d'éducation nationale, le développement de la Santé Publique et du bien-être de nos peuples, la sauvegarde des
intérêts de l'Afrique par des actions concertées dans les domaines politique et économique.
En dépit de grandes difficultés, le processus de décolonisation se poursuit. C'est ainsi que nous avons le plaisir
de féliciter les deux nouveaux États indépendants du Botswana et du Lesotho pour leur accession à l'indépendance et
d'accueillir leur adhésion à notre Organisation. Nous sommes persuadés que ces deux pays frères contribueront
valablement aux travaux de notre Organisation. Nous connaissons la situation géographique et politique très spéciale où
sont placés ces deux pays. L'OUA devra leur donner un soutien politique et moral et, de concert avec les Nations Unies,
garantir leur indépendance et leur liberté.
En ce qui concerne la question du colonialisme, la position de l'Ethiopie est claire. En accord avec ses idéaux
de liberté, l'Ethiopie, aujourd'hui comme par le passé, défend les droits des opprimés. L'Ethiopie continuera à lutter pour
l'éradication complète de la discrimination raciale sur le continent africain. Elle est pleinement convaincue que la
discrimination raciale signifie la négation de l'égalité morale entre les hommes et la privation de la dignité et de la
personnalité africaines. Tant que l'apartheid sera pratiqué en Afrique du Sud, l'Afrique aura à poursuivre et à intensifier
son opposition tant que cette indignité ne sera pas éliminée de notre continent. Tandis que l'apartheid, qui est le système
d'oppression le plus répugnant et le plus inhumain qu'on ait jamais connu, est appliqué sans scrupules par le
gouvernement de l'Afrique du sud, les pays qui pourraient exercer une pression économique sur ce gouvernement ont
refusé de le faire. Nous faisons donc appel à ces pays pour qu'ils interrompent leurs relations commerciales avec
l'Afrique du sud jusqu'à ce que ce pays change de politique et donne la liberté à ses habitants.
Depuis de nombreuses années, le problème du sud-ouest africain est devenu la préoccupation majeure des pays
d'Afrique. Le Liberia et l'Ethiopie, en tant que membres de l'ex-Société des Nations, agissant au nom de tous les Etats
africains, ont cité l'Afrique du Sud pour avoir violé son mandat au sud-ouest africain en appliquant l'apartheid dans ce
territoire et en manquant à ses obligations de promouvoir les intérêts de la population africaine.
Après six ans de procès, la Cour Internationale de Justice a décidé que nos deux Etats n'avaient pas
établi leur intérêt légal dans cette question et n'étaient pas habilités à présenter le cas à la Cour, démentant ainsi
son précédent jugement prononcé en 1962. Cette décision malheureuse a profondément ébranlé les espoirs que
l'humanité avait fondés sur la Cour Internationale de Justice. La foi dans la justice était diminuée et la cause de
l'Afrique trahie.
Ayant failli à préparer le peuple dit sud-ouest africain à l'indépendance, l'Afrique du sud a trahi la confiance
qui lui avait été faite par la Société des Nations. Cela étant et, compte tenu du refus obstiné d'appliquer les résolutions
des Nations Unies, il devient nécessaire de mettre un terme au mandat de l'Afrique du sud. C'est donc en toute
connaissance de cause que nous accueillons chaleureusement la récente décision des Nations Unies de révoquer le
mandat de l'Afrique du sud sur le sud-ouest africain et de placer le territoire sous son administration. Nous voudrions
saisir l'occasion pour féliciter tous les Etats-membres des Nations Unies qui ont soutenu cette résolution et notamment
les Etats-Unis et l'Union Soviétique.
En Rhodésie, la situation s'est détériorée. Il y a un an, une minorité blanche étrangère a déclaré
unilatéralement l'indépendance. Ce faisant, le régime illégal condamnait la majorité africaine à la servitude.
Après la déclaration illégale d'indépendance, le gouvernement du Royaume-Uni – autorité administrant la
colonie – annonça l'application de sanctions économiques contre le régime rebelle pour contraindre celui-ci au
retour à la loi constitutionnelle. Il était évident que de telles sanctions seraient de nul effet. Devant une telle situation, le
gouvernement du Royaume-Uni fut invité à utiliser la force si cela s'avérait nécessaire pour mater la rébellion.
Malheureusement, le gouvernement britannique montre de la répugnance à l'usage de la force.
Du moment que les sanctions politiques et économiques imposées par la Grande-Bretagne ont montré
leur inefficacité nous sommes persuadés que si l'on veut éviter de dangereuses conséquences dans le coeur de
l'Afrique, il faudra que le gouvernement du Royaume-Uni renverse le régime illégal de Rhodésie par tous les
moyens à sa disposition, y compris l'usage de la force.
Il est de notre devoir d'aider les combattants de la liberté du Zimbabwe à intensifier leur lutte pour la
libération de leur pays. Nous saisissons l'occasion pour les assurer de nouveau de notre soutien. De même, nous
adressons nos sincères félicitations au Président Kenneth Kaunda et au gouvernement de la République de
Zambie, pour leurs efforts et leurs sacrifices dans la lutte pour la libération des peuples du Zimbabwe.
Le gouvernement du Portugal s'en tient obstinément au concept démodé qui consiste à faire passer ses
colonies d'Afrique pour des provinces portugaises. Le Portugal a constamment opprimé les nationalistes
africains et constamment défié les nombreuses résolutions des Nations Unies et de notre Organisation lui
demandant d'accorder l'indépendance à ses colonies. Il nous faudra donc continuer de lutter jusqu'à ce que le
gouvernement portugais en vienne inévitablement à donner l'indépendance à ses colonies. Et, une fois encore,
nous devons faire appel à tous les pays concernés pour qu'ils ne fournissent plus d'armes au Portugal.
Nous sommes spécialement intéressés au Territoire de Djibouti. Chacun connait les liens
géographiques, ethniques et économiques qui unissent le Territoire de Djibouti à l'Ethiopie. En diverses
occasions, Nous avons déjà exprimé Nos vues détaillées sur cette question, aussi n'y reviendrons-Nous pas.
Ici, il convient d'envisager les problèmes qui affectent la paix du monde. Nous voulons parler de la
situation dans l'Asie du sud-est. La question vietnamienne continue de retenir l'attention du monde entier. Si la
situation présente se perpétue, les conséquences en seront incalculables. Nous devrons donc faire appel à toutes
les parties intéressées pour conclure un cessez-le-feu et négocier un règlement sur les bases des accord de
Genève de 1954.
C'est avec tristesse que Nous rappelons ici le récent et malheureux incident qui a abouti à la détention
de la délégation guinéenne conduite par son ministre des Affaires Etrangères au moment où elle se rendait à
Addis-Abeba. Dès que Nous avons appris cette nouvelle, conscient du sérieux de la situation, Nous avons
immédiatement envoyé un de nos ministres à Accra et à Conakry en vue d'obtenir la libération de la délégation
pour que celle-ci puisse venir à Addis-Abeba. De même le Conseil des Ministres de notre Organisation,
considérant la gravité de la question, a dépêché une mission de trois délégués à Accra et Conakry. Nous avions
l'espoir que ces efforts produiraient des résultats fructueux et permettraient, par conséquent, la participation de
la délégation guinéenne à la présente session de l'O.U.A. Toutefois, même si ces tentatives devaient se révéler
vaines, cette affaire devrait faire l'objet de nos délibérations.
Notre ordre du jour est très important. Nous prions pour que nos délibérations puissent se dérouler dans
une atmosphère d'harmonie et de compréhension et Nous demandons au Dieu Tout Puissant de nous guider dans
nos travaux.
En 1966, seule l’Afrique australe connaît encore le joug colonial : le Mozambique, l’Angola et la
Guinée-Bissau sont encore sous contrôle portugais, et l’Afrique du sud abuse de sa position de mandataire de
l’ONU pour imposer une politique d’apartheid qui ne faiblit pas, ce que dénonce Sa Majesté Hailé Sellassié.
Quant au cas de la Rhodésie du Sud, futur Zimbabwe, c’est l’usage de la force qui est préconisé, contre les
partisans d’une Rhodésie « blanche » (4 % de la population), basant également son développement sur la
ségrégation raciale. Cette résistance à l’émancipation prit fin en 1980 seulement, sans guerre ouverte, tandis
que la Namibie ne fut libérée de l’emprise sud-africaine qu’en 1990.
La Ligne de Combat africaine : YäAfrica yät’or genbar.

Sa Majesté impériale Hailé Sellassié entouré de l’Egyptien Nasser, du Tanzanien Nyéréré et du président du
Libéria, Tubman (novembre 1966, Addis-Abeba, Ethiopie).
Sa Majesté l’Empereur présidant la conférence dans l’hémicycle de l’Africa Hall à Addis-Abeba.
Posted Image Powered by MWS
Viking #65 02/12/2016 - 13h00

Groupe : Killer
Messages : 10002
Enregistré le : 23/06/2003

Hors ligne

Pour approfondir:

Extraits de Discours de Sa Majesté Impériale Hailé Selassié Ier :

Californie, 28 Février 1968
"J'aimerais faire part à ceux qui veulent savoir, de ce que la vie m'a appris sur la discrimination raciale... Jusqu'à ce que la philosophie qui soutient l'existence d'une race supérieure et d'une autre inférieure soit discréditée et abandonnée définitivement et de façon permanente jusqu'à ce qu'il n'existe plus de citoyens de première classe et de seconde classe au sein d'une nation, jusqu'à ce que la couleur d'un homme n'ait pas plus d'importance que la couleur de ses yeux, jusqu' à ce que les droits fondamentaux des hommes soient garantis, ce de façon égale et sans considération raciale... Jusqu'à ce jour, le rêve d'une paix durable, l'ambition de devenir citoyen du monde, et l'existence souveraine d'une existence internationale, ne seront qu'une illusion fuyante, que l'on poursuit sans jamais pouvoir l'atteindre.

Et jusqu'à ce que le régime ignoble et voué à néant qui tient actuellement nos frères en Angola, au Mozambique, en Afrique du Sud, par un lien inhumain, soit renversé, complètement détruit; jusqu' à ce que le fanatisme, les préjugés, la malveillance et l'égoïsme inhumain soit remplacé par la compréhension, la tolérance, et la bienveillance; jusqu'à ce que tous les Africains se lèvent et parlent en êtres libres, égaux aux yeux du Tout Puissant; jusqu'à ce jour, le continent africain ne connaîtra pas la paix.
Nous, les Africains, nous battrons si cela s'avère nécessaire, et nous savons que nous aurons gain de cause, car nous croyons à la victoire du bien sur le mal."

Californie, 28 février 1968.
Traduction française magazine JahNhoy


"La voix de l'Ethiopie", 5 Avril 1958
"On ne peut nier le fait qu'autrefois, la vie de l'homme n'était que peine et épreuve. On peut donc dire que la civilisation moderne et le progrès de la science ont grandement amélioré la vie de l'homme et ont apporté confort et bien-être à son existence. Mais la civilisation peut servir l'homme aussi bien pour de bonnes que pour de mauvaises intentions.

L'expérience montre qu'elle a invariablement apporté de grands bénéfices à ceux qui l'ont utilisée à bon escient, pendant qu'elle apportait mal et damnation incommensurables à ceux qui l'ont utilisée à de mauvaises fins. Par conséquent, pour que nos volontés soient soumises aux bonnes influences, et pour éviter le mal, il faut faire preuve d'une grande sagesse. Afin de suivre cette action, on doit être guidé par la religion. Le progrès sans la religion, est comme une vie cerclée de dangers inconnus, et même comme un corps sans âme. Toutes les inventions humaines depuis l'instrument primitif jusqu'à l'atome moderne, peuvent considérablement aider l'homme dans ses entreprises pacifiques mais si elles sont utilisées à de mauvaises intentions, elles ont la capacité d'exterminer la race humaine de la surface de la Terre. C'est seulement lorsque l'esprit humain est guidé par la religion et la moralité que l'homme est en mesure d'acquérir la vision nécessaire pour donner à ses ingénieuses inventions et appareils un usage réellement utile et bénéfique. Le progrès de la science peut être nuisible pour l'homme seulement lorsqu'il est utilisé à de mauvaises fins, et non parce qu'il revendique une priorité sur la religion dans la révélation de la science à l'Homme. Il est important que le progrès spirituel suive le rythme du progrès matériel. Quand on réalise cela, le voyage de l'homme vers des valeurs plus élevées et plus durables révèle des progrès plus signifiants pendant que le mal s'éloigne de lui. Sachant que le progrès matériel et spirituel sont essentiels à l'homme, nous devons sans cesse travailler pour la réalisation commune des deux. Seulement alors serons nous capables d'acquérir ce calme intérieur absolu si nécessaire à notre bien être. Ce n'est que lorsqu'un peuple rétablit l'équilibre entre le progrès scientifique et le progrès spirituel et moral qu'il peut se dire posséder une identité parfaite et complète, et non une identité déséquilibrée. Le type de progrès que nous avons prévu pour l'Ethiopie est basé sur ces principes fondamentaux."

Extrait d'interview à "La Voix de l'Ethiopie" publiée le 5 avril 1958


Conférence de Belgrade des Nations Unies, 3 Septembre 1961
"Le spectre de la discrimination raciale qui, pendant si longtemps a projeté son ombre sombre et malfaisante sur une bonne partie de notre terre disparaît lentement. De plus en plus, on juge les hommes sur la base de leurs talents et de leurs capacités plutôt que sur les bases tant superficielles et si peu significatives de leur appartenance à une race et à une religion déterminée. Mais il y a encore ceux qui, dans leur bigoterie et leur ignorance, résistent à cette marée montante, et c’est à l’encontre de ceux-là que doivent être dirigés nos efforts.

La lutte que mènent nos frères en Afrique du Sud pour atteindre le statut d’hommes libres continue. Libres d’être debout, la tête haute, égaux parmi les autres hommes. C’est un statut que tant de millions d’Asiatiques et d’Africains n’ont seulement atteint qu’hier. Nous ne nous serons pas acquittés de notre devoir, notre but ne sera pas atteint, notre victoire ne sera pas gagnée, tant que l’Apartheid, cette politique illégitime du gouvernement de l’Union Sud-Africaine, régnera sur une quelconque partie de cette terre.

Il y a eu en Afrique du Sud une tentative de légiférer l’inégalité des races. Cette tentative est condamnée à l’échec. Nous nous sommes ici engagés à ne prendre aucun répit dans cette lutte tant que l’absence et le simulacre de raisons valables justifiant cette loi ne soient révélés aux yeux de tous et jusqu’à ce que ceux qui l’ont utilisée pour servir leur propre but l’aient abjurée, car cette doctrine est une insulte pour tous les hommes, au Dieu Tout-Puissant à l’image duquel nous avons été créés. Mais en même temps, ne perdons pas de vue qu’il est extrêmement difficile de légiférer le concept d’égalité, car ce sujet fait appel à des attitudes et des valeurs sur lesquelles, hélas, l’intellect n’ a que peu de contrôle. Ne sombrons pas dans la même haine envers ceux qui, protégeant leur liberté à l’appel des préjugés, révèlent à travers leurs actions que le poison de la discrimination raciale a des effets durables. Par cette réaction que nous pourrions avoir, il ne faudrait absolument pas qu’il se révèle que se cache en nous, pas moins qu’en eux, une quelconque capacité à se laisser emporter par des passions irraisonnées. Il ne faudrait pas que se démontre la possibilité que nous, pas moins qu’eux, puissions être sensible à ce virus qui se nomme "Intolérance". Soyons fiers du fait que, en tant qu’hommes libres, nous dénonçons, attaquons et avons en horreur la discrimination raciale où qu’elle soit et quelle qu’elle soit. En plus des pressions économiques dont nous pouvons faire usage, nous pouvons faire sentir tout le poids de notre pression morale et rallier l’opinion mondiale à notre cause, en mettant à jour la brutalité, l’inhumanité, le vice inhérent et le mal que cette politique personnifie."

Discours de sa Majesté Hailé Sélassié Ier.
3 sept. 1961 Conférence de Belgrade des Nations Unies.


Université "Hailé Selassié 1er", 18 décembre 1961
"Personne ne peut ignorer l’importance de la spiritualité dans ce cycle d’études. L’instruction et la formation technique doivent être nourries par la foi en Dieu, le respect de l’âme humaine et le respect du raisonnement de l’esprit. Il n’est pas d’ancrage plus sûr pour notre instruction, nos vies, et nos actions publiques, et ces dernières doivent être couplées avec l’enseignement du divin et de ce qu’il y a de mieux dans la compréhension de l’humain.

La fonction de dirigeant développée ici est inspirée des valeurs fondamentales et du pouvoir moral qui ont constitué l’essence de nos enseignements religieux depuis des siècles. Notre temps est un temps critique au cours duquel nations s’élèvent contre nations. Les tensions augmentent et le désastre est possible à tout moment. Les distances sont raccourcies. La paix et la vie sont menacées par le conflit et l’incompréhension. Il est grand temps aujourd’hui que la croyance sincère dans la parenté de l’homme à Dieu soit la fondation de tout effort que l’homme déploie pour son édification et instruction personnelles, la base de toute compréhension, coordination et paix. Nous nous chargeons, membres de cette université, de veiller à ce que ces valeurs spéciales demeures primordiales, telles un fondement pour votre connaissance et votre pensée. Ainsi les vérités fondamentalement morales pourront soutenir et servir de bouclier à l’ossature de la vie universitaire."

Discours de Sa Majesté Impériale Hailé Sélassié Ier.
lors de la création de l’université “Hailé Selassié 1er” 18 décembre 1961


Faculté d'Addis Abbeba, 23 Septembre 1963
"L’éducation développe l’intellect, et l’intellect distingue l’homme des autres créatures. C’est l’éducation qui permet à l’homme de mettre la nature à son service et d’utiliser ses ressources pour le bien-être et l’amélioration de la qualité de vie humaine. L’éducation est la clef de l’amélioration et l’accomplissement d’une vie moderne car l’homme ne peut vivre seulement de pain.
L’homme est aussi fait d’intellect et d’âme. Par conséquent, l’éducation en générale, au delà du physique, à pourvoir en nourriture l’esprit et l’âme. Toute éducation qui ignore la nature intrinsèque de l’homme et qui néglige son esprit et son savoir de raisonnement, ne peut-être considérée comme une véritable éducation. Une éducation bien faite ne devrait pas être celle qui prépare les étudiants uniquement à une bonne rémunération. Elle devrait être celle qui est en mesure de les aider et de les guider vers l’acquisition d’une réflexion pure, une pensée fertile et un esprit élevé.

La personne éduquée dont l’Ethiopie et les pays de son niveau ont besoin, n’est pas celle qui a emmagasiné des bribes de connaissances. La personne éduquée est celle qui utilise les idées qu’elle tire des conférences auxquelles elle a assisté, des ouvrages qu ‘elle a lus et des discours qu’elle a entretenus pour le bénéfice de son pays et de son peuple, c’est celle qui répand de nouvelles idées en harmonie avec les aspects sociaux et économiques de sa communauté afin que des résultats fructueux soient atteints."

Discours de sa Majesté Hailé Séladdié Ier
23 septembre 1963, Faculté d’Addiss Abbaba.


Création de l'O.U.A
"(...) Mais à côté de cela, dans tout ce qui a été dit, écrit ou fait au cours de ces dernières années, il y a un thème commun. L’unité a été acceptée comme étant l’objectif à atteindre.

Nous discutons sur les moyens et les différentes méthodes pour y parvenir. Nos débats tournent autour de techniques et de tactiques. Mais quand tout cela est mis de côté, nos différences sont réduites à peu de choses. Nous sommes résolus à créer l’unité des Africains. A vrai dire, notre continent n’est pas encore fait. Il attend sa construction et ceux qui doivent le bâtir.

Il est notre devoir et notre privilège de réveiller ce géant, mais non point au niveau du nationalisme de l’Europe du 20ème siècle, non point à une conscience régionale, mais à la poursuite d’une fraternité Africaine Unique déployant ses efforts unis vers l’accomplissement d’un plus grand et d’un plus noble idéal.

Nous devons éviter avant tout de tomber dans les pièges du tribalisme. Si nous sommes divisés sur une base tribale, c’est une invitation à l’intervention étrangère avec toutes les conséquences néfastes que cela comporte.

Tout en reconnaissant que l’avenir de ce continent, en dernier ressort, réside dans une union politique, nous devons également reconnaître que les obstacles à surmonter pour y parvenir sont nombreux et difficiles. Les peuples d’Afrique n’ont pas acquis leur indépendance dans les mêmes conditions. Il possèdent des systèmes politiques différents. Nos économies sont différentes et nos systèmes sociaux fondés sur des cultures et des traditions diverses. D’autre part, il n’existe pas d’accord sur le comment, ni sur le contenu de cette Union. Sera t-elle dans sa forme fédérale, confédérale ou unitaire? La souveraineté de chaque pays en sera t-elle diminuée et dans ce cas là, dans quelle mesure et quel(s) domaine(s) ?

Si nous attendons d’arriver d’abord à un accord sur ces points, et sur d’autres questions similaires, plusieurs générations se succéderont avant d’avoir suffisamment progressé alors que le débat ne fera que continuer à faire rage."

Posted Image Powered by MWS
thejoker #66 02/12/2016 - 19h25

Groupe : Killer
Messages : 16893
Enregistré le : 26/10/2003

Hors ligne Site Web

BB_253 @ 01/12/2016 - 22h38 a dit:

Tortue @ 01/12/2016 - 21h02 a dit:

thejoker @ 01/12/2016 - 18h56 a dit:

Tortue @ 01/12/2016 - 14h15 a dit:

évidemment, mais il faut aussi compter que les automates vont aussi en seconder d'autres, les construire et les réparer. Le puçage systématique par la technologie RFID révolutionne véritablement les capacités de très nombreux automates, qui peuvent maintenant reconnaitre "en avance" les objets qu'ils doivent manipuler...



quand je vois le nombre de personnes impliquées chez Latecoere pour déployer des outils informatisés; il est sur que à un moment T c'est la foule....(je sais je coordonne les intervenants après les user case et avant les tests et mise en prod..)

je ne suis pas sur du tout qu'au final sur une période d'exploitation à moyen terme le nombre d'acteurs dimiiue tant que cela mais que surtout la masse salariale diminue!!



A voir, les études décrivent une tendance, et 50% de sont pas tous les postes. Spontanément je citerais comme secteurs le plus concernés la distribution, la logistique, le transport, le contrôle, la sécurité, la médecine, l'éducation... merci de compléter cette liste :)


+1 c'est illusoire de croire que tous les postes supprimés (industrie et surtout service, car Le Joke: définit le secteur des services stp... crois-tu que ce ne soit que "l'informatique?... :blink: ), bref, tous les chauffeurs Uber qui seront remplacés par des voitures autonomes, les caissières par des caisses électroniques, etc, etc. ne retrouveront pas d'emploi dans l'entretien ou la création de robots/automates/etc... c'est illusoire le Joke... Tu penses qu'il y a un technicien pour chaque caisse supprimée?... ou un garagiste ou je ne sais quoi pour chaque chauffeur qui le sera, etc, etc... bref  :dry: )



non je ne dis pas ça
je dis que les services sont robotisables en grande partie sauf tout ce qui est du soin à la personne , l'éducation, la santé ou viennent s'y rajouter des outils qui nécessitent du support humain
par ailleurs la réintroduction de l'industrie du 3 millénaire robotisée et informatisée en France créera beaucoup d'emplois

plus les échanges de technologies avec les Brics et les autres en devenir y a du boulot!!

de toutes façons il n'y a pas le choix l'Homme avance ou meurt et comme il ne veut pas mourir ...
thejoker #67 02/12/2016 - 19h28

Groupe : Killer
Messages : 16893
Enregistré le : 26/10/2003

Hors ligne Site Web

BB_253 @ 01/12/2016 - 22h34 a dit:

thejoker @ 01/12/2016 - 19h49 a dit:

CHRISTOPHE ROUSSE @ 01/12/2016 - 19h37 a dit:

Je vous rappel le chiffre donné par beaucoup de monde , un emploi créer dans les nouvelles technologie en détruit 3 dans l'économie classique .



les nouvelles normes impliquent du contrôle et des procédures qui n'existaient pas avant  .. informatisés ou pas cela crée de l'emploi


l'emploi est dans l'industrie : 1 emploi créé dans l'industrie -> 3 dans les services!


le Joke, le jour où tu verras autant d'emplois créés qu'il n'est de destruction, tu me fais signe?... je t'assure que je ferais tout pour que l'on publie un truc dessus  ;)  :rolleyes:



Le futur est à écrire selon le besoin de l'Humanité et ne le sera pas par quelques 1%.
Ce sera le tournant de 3 millénaire.
Ce message a été édité par thejoker le 02/12/2016 à 19h28.
Le_Touriste #68 02/12/2016 - 21h25

Groupe : Killer
Messages : 1869
Enregistré le : 06/09/2005

Hors ligne Mail

thejoker @ 02/12/2016 - 19h25 a dit:


je dis que les services sont robotisables en grande partie sauf tout ce qui est du soin à la personne , l'éducation, la santé ou viennent s'y rajouter des outils qui nécessitent du support humain
par ailleurs la réintroduction de l'industrie du 3 millénaire robotisée et informatisée en France créera beaucoup d'emplois

plus les échanges de technologies avec les Brics et les autres en devenir y a du boulot!!

de toutes façons il n'y a pas le choix l'Homme avance ou meurt et comme il ne veut pas mourir ...



Le problème c'est que les soins à la personne (ce que les people mainstream nous ressortent systématiquement), il faudra les payer, il faudra des retraités riches, or on aura des retraités pauvres : il n'y aura personne pour payer ses soins. C'est une vaste blague. Ce n'est pas comme une entreprise qui produit et qui vend...

Quelques emplois seront créés pour réintroduire des boites en France, mais je ne vois pas pourquoi "beaucoup". En tous cas rien en dessous de bac + 2 voire bac + 5.
On vend des robots qui sont vendus pour le nombre de postes (humains) qu'ils permettent de supprimer (vécu).

Le monde de demain ne ressemblera pas au monde d'hier, c'est ça qui est dur à admettre.

On fait déjà des robots pour tenir compagnie aux personnes âgées (société française).

On prépare les boites avec quasi plus de bureaux, du télétravail, donc plus de gestion des locaux, toutes les contingences matérielles réglées par soft. On ne va pas refaire des boites à l'ancienne.
Tous les petits boulots consistant à transférer des données de la machine A à la machine B (issus d'un incompréhension du concept de chaine numérique) (interopérabilité) vont disparaitre fissa.

C'est pas du pessimisme, c'est pas une opinion, c'est du vécu...

Même les calculs compliqués pour lesquels il faut un bac + 8, on peut automatiser dès qu'on a assez de puissance (il suffit de mailler assez fin)

Je ne dis pas ça avec amertume ou regret, non, c'est juste ce qui est en train de se passer, faut ouvrir les yeux.

Mon premier ordi (vers 1980) avait 4 K octets : 4 x 1024 octets de ram. J'ai 4 Go de RAM dans mon smartphone, sur mon bureau au boulot j'ai 32 Go de RAM dans le PC (et c'est pas le top, loin s'en faut)...

C'est pas une histoire de progrès. C'est juste qu'aucune loi de la physique ou de l'économie n'affirme que chacun a un emploi. Cela s'est réalisé à une époque, maintenant, c'est fini. Définitivement.

1.68 m 63 kg - AHD 945 - Fanatic Falcon 125 - Angulo Magnum 110 - Fanatic Hawk 93 - 10.8/8.0/6.5/5.3/4.5 - Seba FR1
Endorphin #69 03/12/2016 - 07h54

Groupe : Killer
Messages : 4235
Enregistré le : 29/12/2002

Hors ligne Site Web

Le_Touriste @ 02/12/2016 - 21h25 a dit:

[
Même les calculs compliqués pour lesquels il faut un bac + 8, on peut automatiser dès qu'on a assez de puissance (il suffit de mailler assez fin)



Tu realises que dans ce genre de calcul, ce qui est difficile n'est pas le calcul lui meme mais choisir les donnees a mettre dedans? Et la le robot il n'y est pas encore tout a fait. Avec en plus Moore's Law qui commence a ne plus etre vrai... On est encore un peu penard.
Mes spots: Hood river (The marina et the hatchery), La Tranche sur mer (L'Embarq et le phare), SLC (Utah lake et Granstville).
BB_253 #70 03/12/2016 - 08h22

Groupe : Killer
Messages : 1622
Enregistré le : 15/03/2006

Hors ligne

Endorphin @ 03/12/2016 - 07h54 a dit:

Le_Touriste @ 02/12/2016 - 21h25 a dit:

[
Même les calculs compliqués pour lesquels il faut un bac + 8, on peut automatiser dès qu'on a assez de puissance (il suffit de mailler assez fin)



Tu realises que dans ce genre de calcul, ce qui est difficile n'est pas le calcul lui meme mais choisir les donnees a mettre dedans? Et la le robot il n'y est pas encore tout a fait. Avec en plus Moore's Law qui commence a ne plus etre vrai... On est encore un peu penard.


Tu réalises que comme il l'explique, ou je le fais, ainsi que Tortue, les ingénieurs et les boîtes qui font cela existent déjà?... bien sûr un marché est par définition toujours ouvert, quelques autres intervenants peuvent toujours y entrer, mais ça ne compensera "jamais" la totalité des postes supprimés... (tu crois que l'on va créer 1 poste d'ingénieur par ligne de code et variable?... ;D )
Bref, tu réponds "a côté" du sujet de fond (rien de méchant), tu parles de la complexité d'encodage (relative hein, le HTF fonctionne et les algos sont parmi les plus compliqués... bien sûr y'aura toujours des flash-crashes mais c'est un autre sujet), alors que le sujet de fond est "le vase communiquant pourra-t-il se faire / y'aura-t-il un équilibre entre les emplois supprimés et ceux à venir...", or, si tu avais tout lu, tu verrais que non  B)
stef38 #71 03/12/2016 - 09h55

Groupe : Killer
Messages : 23119
Enregistré le : 12/11/2003

Hors ligne

C'est un peu le problème, nos politiques veulent emmener tout le monde dans les études supérieures, mais en fait, on a besoin de 2 pôles, et en effet, les Bac +5 et plus sont potentiellement délocalisable et remplaçable, par contre il y a de la place et il y aura toujours de la place en tout cas je le pense pour beaucoup de métier de l'artisanat, de l'agriculture (qui sont aussi très techniques maintenant d'ailleurs). L'agriculture a été très robotisé et mécanisé, mais ça pose aussi des problèmes de santé assez régulièrement, des problèmes en cas de soucis climatique, car ses exploitations sont très spécialisées.

Perso je vois un retour de l'agriculteur qui se charge aussi de la vente, bien sûr il produit moins mais il marge plus, certains utilisent même internet pour vendre au lieu de venir sur les marchés.

On a aussi la création en France de beaucoup de toutes petites entreprises, certaines marchent d'autres non, mais je lisais je ne sais plus ou, qu'il était plus facile quand on venait d'une cité de se créer son emploi que de trouver un emploi. Et les gens le font de plus en plus, il n'y a rien de plus facile que de trouver de nos jours un doudou fabriqué en France par quelqu'un qui bosse chez elle, au lieu d'en acheter un parfois même plus cher dans une grande enseigne.
1m85 95kg - Spot: Monteynard/Leucate/Argelès - AV: Divers Ailerons PB 55€ - Perf Weed 39

Posted Image
Le_Touriste #72 03/12/2016 - 10h09

Groupe : Killer
Messages : 1869
Enregistré le : 06/09/2005

Hors ligne Mail

Endorphin @ 03/12/2016 - 07h54 a dit:

Le_Touriste @ 02/12/2016 - 21h25 a dit:

[
Même les calculs compliqués pour lesquels il faut un bac + 8, on peut automatiser dès qu'on a assez de puissance (il suffit de mailler assez fin)



Tu realises que dans ce genre de calcul, ce qui est difficile n'est pas le calcul lui meme mais choisir les donnees a mettre dedans? Et la le robot il n'y est pas encore tout a fait. Avec en plus Moore's Law qui commence a ne plus etre vrai... On est encore un peu penard.



Ce qui fait gagner du temps, et donc de l'argent, c'est de ne pas avoir de rupture de la chaine numérique.
Par exemple prendre des données depuis un fichier issu d'une mesure pour le taper dans un tableau Excel. Perte pure. (c'est juste un exemple simpliste, mais faut voir qu'on est parti des tables traçantes...)

Dans les très grosse boite qui modélisent pour concevoir. Tu as plusieurs phases : Design, CAO, maillage, calcul.
Ce qui fait perdre du temps c'est de na pas automatiser ça pour les itérations car du vas modifier ton design ou directement ta CAO.

La partie "artistique", le design, oui ça va rester humain, mais ça concerne très très peu de monde, en général très bien payé. C'est la donnée d'entrée. (je simplifie)

Le petit détail technique c'est que pour mailler de très gros objets plus la maille est grosse et plus le calcul est rapide et inversement. Plus la maille est grosse et plus il faut une intervention humaine pour choisir ce que tu ne représente pas (trous, congés, etc.). Au delà d'une certaine puissance de traitement tu auras une maille arbitrairement petite, et donc tu supprimeras tous ces mailleurs. Définitivement. Et du coup tu automatises toutes cette chaine : modif dessin ==> nouveau résultat de calcul. (pour des petits objets c'est déjà le cas)

(de nombreux calculs sont devenus de la routine)

1.68 m 63 kg - AHD 945 - Fanatic Falcon 125 - Angulo Magnum 110 - Fanatic Hawk 93 - 10.8/8.0/6.5/5.3/4.5 - Seba FR1
Endorphin #73 03/12/2016 - 10h18

Groupe : Killer
Messages : 4235
Enregistré le : 29/12/2002

Hors ligne Site Web

Le_Touriste @ 03/12/2016 - 10h09 a dit:



Le petit détail technique c'est que pour mailler de très gros objets plus la maille est grosse et plus le calcul est rapide et inversement. Plus la maille est grosse et plus il faut une intervention humaine pour choisir ce que tu ne représente pas (trous, congés, etc.). Au delà d'une certaine puissance de traitement tu auras une maille arbitrairement petite, et donc tu supprimeras tous ces mailleurs.



Je ne suis pas d'accord. Dans un modele de calcul, la difficulte c'est definir les conditions aux limites qui sont avant tout base sur une comprehension du systeme global et un savoir faire. Le calcul lui meme, qu'il dure 1 seconde ou 10 jours est peu important, si les inputs sont mauvais le resultat sera mauvais. Et c'est justement ce choix qui est difficile; a moins d'avoir des problemes toujours similaires. Avoir un calculateur capable de choisir intelligemment les donnees d'entree est le grail mais on en est encore tres loin je pense.
Mes spots: Hood river (The marina et the hatchery), La Tranche sur mer (L'Embarq et le phare), SLC (Utah lake et Granstville).
BB_253 #74 03/12/2016 - 11h06

Groupe : Killer
Messages : 1622
Enregistré le : 15/03/2006

Hors ligne

Endorphin @ 03/12/2016 - 10h18 a dit:

Le_Touriste @ 03/12/2016 - 10h09 a dit:



Le petit détail technique c'est que pour mailler de très gros objets plus la maille est grosse et plus le calcul est rapide et inversement. Plus la maille est grosse et plus il faut une intervention humaine pour choisir ce que tu ne représente pas (trous, congés, etc.). Au delà d'une certaine puissance de traitement tu auras une maille arbitrairement petite, et donc tu supprimeras tous ces mailleurs.



Je ne suis pas d'accord. Dans un modele de calcul, la difficulte c'est definir les conditions aux limites qui sont avant tout base sur une comprehension du systeme global et un savoir faire. Le calcul lui meme, qu'il dure 1 seconde ou 10 jours est peu important, si les inputs sont mauvais le resultat sera mauvais. Et c'est justement ce choix qui est difficile; a moins d'avoir des problemes toujours similaires. Avoir un calculateur capable de choisir intelligemment les donnees d'entree est le grail mais on en est encore tres loin je pense.


Quel est le rapport avec le vase communiquant entre les pertes d'emplois induit par l’automatisation/la robotisation?... Tu crois sincèrement que les millions d'emplois concernés vont se reconvertir en "tous ingés"?...  :rolleyes: (sans compter que tu fais abstraction sciemment des entreprises qui développent déjà cela... ainsi que des personnels existant... bref, tu essayes de partir "a côté" sur un sujet, pourtant de fond...)
Le_Touriste #75 03/12/2016 - 11h10

Groupe : Killer
Messages : 1869
Enregistré le : 06/09/2005

Hors ligne Mail

Endorphin @ 03/12/2016 - 10h18 a dit:

Le_Touriste @ 03/12/2016 - 10h09 a dit:



Le petit détail technique c'est que pour mailler de très gros objets plus la maille est grosse et plus le calcul est rapide et inversement. Plus la maille est grosse et plus il faut une intervention humaine pour choisir ce que tu ne représente pas (trous, congés, etc.). Au delà d'une certaine puissance de traitement tu auras une maille arbitrairement petite, et donc tu supprimeras tous ces mailleurs.



Je ne suis pas d'accord. Dans un modele de calcul, la difficulte c'est definir les conditions aux limites qui sont avant tout base sur une comprehension du systeme global et un savoir faire. Le calcul lui meme, qu'il dure 1 seconde ou 10 jours est peu important, si les inputs sont mauvais le resultat sera mauvais. Et c'est justement ce choix qui est difficile; a moins d'avoir des problemes toujours similaires. Avoir un calculateur capable de choisir intelligemment les donnees d'entree est le grail mais on en est encore tres loin je pense.



Mais tu me parles de calculs universitaires dans un labo. Je te parle de vécu personnel. Je fais ça, je suis le type qui a un bac + 8.
Je te parle de conception d'un produit dans l'industrie (lourde). Si le calcul prend 10 jours on va pas le faire (ça dépend aussi de ce que l'on calcul, dans mon domaine on le fera pas), c'est très important la durée du calcul.
Et les données d'entrée sont toujours les même, le dessin des pièces, comment elles sont assemblées, et des contraintes que l'on se donne (toujours les mêmes). On a des problèmes toujours similaires...

On ne va pas automatiser les calculs des labos de recherche ! (je connais aussi, j'en viens)

On ne fait pas "un" calculs, on en fait des dizaines, on veut les tendances, et on les obtient. On ne cherche pas comme dans un labo à faire un modèle numérique parfait, sinon y aurait pas grand chose à vendre aux clients...

Au passage plus tu fais du calcul, et moins tu fais des protos, et donc moins tu as besoin de personnel pour faire ces protos. Encore une fois ce n'est pas une opinion, c'est du vécu personnel.

J'ai pas dit non plus que tout est calculable, il y a encore de la physique à faire... pour les physiciens et les ingés de haut niveau (quasi personne en termes d'effectifs)

Évidemment  conneries à l'entrée, conneries à la sortie. Mais c'est pas le sujet.
Le sujet c'est que tu as, partout dans les processus de conception et de fabrication, ce qui n'est finalement que des transmissions de données, dont une grande partie est faite par des humains. Et une grande partie de ce travail est faite par des humains, car la puissance de calcul actuelle (RAM, stockage, processeurs, bus, réseau etc.) n'est pas suffisante pour le faire automatiquement. Et c'est précisément là que, dès que la machine le permettra, on va virer du monde.
Et dans ce cas on ne crée pas d'emploi ailleurs, parce que le gars qui fabrique la machine il existe déjà, il fait juste une machine plus rapide...
Ce message a été édité par Le_Touriste le 03/12/2016 à 11h13.
1.68 m 63 kg - AHD 945 - Fanatic Falcon 125 - Angulo Magnum 110 - Fanatic Hawk 93 - 10.8/8.0/6.5/5.3/4.5 - Seba FR1

 >  Réponse rapide

Composez votre message

Directwind > Général > Le bar > Cellule philosophique

 >  Informations du forum

1 personne(s) présente(s) durant une période de 15 minutes (0 membre(s) et 1 invité(s)).